mercredi 29 juillet 2015

En août c'est relache

Exceptionnellement, il n'y aura pas d'Herbe Tendre au mois d'août 2015.



Les troupes sont trop dispersées : l'un est parti visiter les ruines archéologiques de Kobané, l'autre a fait vœu de silence pour son séjour méditatif chez les frères Viatoriens, le troisième est en train de mettre la dernière main à son dictionnaire Ourdou / Moldo-valaque à paraître à la rentrée. Ne le ratez point !




Pour tenter de faire patienter, nous dédions cette première rengaine (vingt ans déjà !) à nos fidèles sponsors*.


Et une idée de séjour exotique avec cette deuxième (trente ans déjà**!)


* Pour les djeunsss : Assedic c'était le pendant pognon de l'Anpe qui te fliquait avant l'existence de Pôle emploi.
** Et des poussières d'Agent orange !

dimanche 26 juillet 2015

Tony Truand


Antoine Masy-Périer a passé son enfance trimballé entre Paris et la Bourgogne avant d'atterrir en Normandie.
C'est à Rouen qu'il entre dans les Gloires Locales. Le groupe a succédé aux Olivensteins suite au procès intenté par le professeur du même nom.
En 1981, il rejoindra LE trio de référence du rock français, les Dogs. Il y restera jusqu'en 92 date à laquelle il prend le nom de Tony Truand, en trio avec ses Deux  Solutions (nom fastoche pour assumer les changements de personnel)
En 2005, il intègre aussi les Wampas, non sans commettre des disques avec les  Deux Solutions, Joseph Racaille ou l'infatigable groupe garage américain The Fleshtones.

Un hommage à François Béranger (2009) 

Voilà donc un mec qui saute sans complexe du punk au garage, du rockabilly au country ou à la chanson française. Ce qui a un côté attachant.
Il participe aussi au projet Scopitone 's not dead monté par David Vallet.

et un hommage à Michel Grégoire (dit Moustique le twister) 

mercredi 22 juillet 2015

Des vaches et des hommes

Il fut un temps où les vaches regardaient passer les trains.
De nos jours, il faut se transporter dans les zones plutôt montagneuses pour pouvoir apercevoir nos adorables ruminantes s'ébattre dans un tant soit peu d'espace.
Les autres ont été parquées dans des hangars subventionnés par l'Europe du moment qu'on y a collé des panneaux solaires sur le toit.
Ou dans des fermes usines concentrationnaires.
Et puis, voilà t'il pas que les éleveurs, dont les brillants représentants syndicaux ont poussé à la surproduction, à l'endettement, à l'agrochimique généralisé, se retrouvent le bec dans l'eau. Et que je te bloque les périphériques ou les accès aux sites touristiques les plus tartes (Allez les gars ! Encore un effort pour interdire les accès à Lourdes !)
Essayez voir la même méthode si vous z'êtes pas de la FNSEA...

Mais foin de mauvais esprit. En 1966, le bouffeur de bidoche connaissait déjà quelques angoisses au vu d'une inflation bovine causée par la distribution de La Villette.
C'est l'actualité du jour et c'est Jean Poiret qui s'y colle :


On avait eu l'occase de passer cette chanson au cour de notre émission animalière.
Et comme on est pas des bœufs, en guise de supplément, une aimable et brève émission au sujet du louchebem.

lundi 20 juillet 2015

Danielle Darrieux en zizique

DD avant les pin-up américaines
La divine Danielle (DD pour les intimes), fut une  star incontestée du cinéma français de l'avant, de la pendant et de l'après guerre.
Avec plus de 80 films et presque autant de rôles au théâtre, cette ogresse, née en 1917, est toujours en activité a accompli une carrière qui va du rôle de la pure jeune fille à celui de la vieille dame.
Non seulement elle n'hésitait pas à pousser la rengaine selon les besoins du scénario mais cette musicienne (pianiste et violoncelliste) a enregistré  un bon paquet de chansons qu'on peut retrouver en quasi intégrale sur un double cd : Danielle Darrieux - Intégrale 1931-1951 (56 titres sur 2 CD - Fremeaux & Associés)



On la rencontre également au côté de Henri Garat  dans un classique du musette.
C'était en 1936.

jeudi 16 juillet 2015

Dirty old town en français ?

Salford, Lancashire

Non, ce n'est pas une chanson irlandaise !
Cherchez pas du côté de Cork ou de Derry, ce morceau mélancolique fut écrit par Ewan Mc Coll en 1949 en "hommage" à sa ville d'origine.
Noire, triste, industrielle : Salford, Lancashire, à deux pas de Manchester.
Évidemment, les autorités  locales toussèrent un peu (on tousse pas mal dans le Lancashire) à l'évocation de leur "sale vieille ville".
Même si toute la région la désignait déjà comme telle.

À l'origine, ce titre ne servait que d'interlude dans un spectacle de MacColl, intitulé Landscape with Chimneys (paysage avec cheminées).
Ewan Mc Coll et Peggy Seeger


Et puis, un autre groupe de Salford, The Spinners, le reprend en 1964 et la vague de la Folk va populariser la chanson.
Il ne restait plus aux Dubliners (comme leur nom l'indique) qu'à la reprendre dans les années 70 et aux Pogues d'en faire un tube mondial, en 1985, pour qu'une bonne partie de la planète s'imagine qu'on cause là de Dublin.  

On s'envoie donc l'original


Et en français, donc ?
De nombreux interprètes, dont Catherine Ringer, y ont laissé quelques plumes.
Mais c'est le barde Breton Gilles Servat qui a osé une traduction dans son album de reprises trads' irlandaises "Sur les quais de Dublin" en 1996.
Malgré un certain côté raté (faut le faire pour la foirer celle-là !) cette version, chantée en duo avec Ronnie Drew garde un côté attachant... à la longue.
Jugez-en :

lundi 13 juillet 2015

Parenthèse d'actualité : sauver le capitalisme

Qu'on nous permette de n'avoir aucune leçon à donner aux Grecs*.
Qu'on nous permette, au passage, de ricaner quelque peu devant la roublardise d'Alexis Tsipras, qui au lieu de tenter s'inspirer de la voie tracée par Salvador Allende (mieux vaut finir avec dignité que de trahir) va faire passer en bonne part le programme contre lequel il fut élu.
Qu'on nous permette de ne pas être stupéfaits outre-mesure par la morgue, la brutalité tranquille, des argentiers du monde ainsi que de leurs représentants qui se prennent pour des hommes et des femmes d'État.
Et qui ne sont que des délinquants en col blanc.
Qu'on nous permette enfin de rappeler cette simple constatation : même avec la meilleure volonté du monde, le capitalisme ne s'aménage pas.
Il n'y a pas de capitalisme à visage humain.
Et tous les compromis historiques ou petits arrangements entre ennemis ne serviront qu'à lui donner un peu plus d'entrain.

La chanson qui suit est une reprise grecque de la rappeuse marseillaise Kenny Arkana.   


* En n'oubliant pas que l'économie grecque a longtemps reposée sur l'exploitation à outrance d'une main d’œuvre immigrée, d'abord albanaise, puis africaine, moyen-orientale, afghane.

Drachme ou euro, dans les îles, on attend les touristes

vendredi 10 juillet 2015

Le jeu con de l'été : concours de traduction

Notre très recommandable collègue, le Moine Bleu, a lancé le concours au mois de juin. Nous lui emboîtons donc le pas.
Manque de pot, étant plus amateurs de la langue de Cervantès et de Julio Iglesias, que de celle de d'Hegel et de Camillo Felgen, ce coup-là, la traduction sera à effectuer à partir d'un délicat poème en castillan (on peut aussi appeler ça des "coplas")
Pour vous aider, on vous envoie ladite chanson de The Meas (ce nom !) illustrée avec plus ou moins de bonheur.
Elle fut écrite en souvenir d'un homme d'État court sur pattes et pourvu d'une voix fluette. Et après, on arrêtera de se moquer du physique des nabots sanguinaires (Comment ça, Thiers ? Mauvais esprits, va...)
La traduction la plus pertinente gagnera une entrée pour deux au "Monasterio de las delicias" (encore des moines !) avec un pack de San Miguel.
Il est conseillé de s'aider du Larousse, d'une grammaires espingo et même du site de l'Académie Royale d'Espagne.

Ladite poésie s'appelle FRANCAMENTE.
Ce qui pose un premier problème : "Franchement " ou "À la mode de Franco" ? Ou les deux ? Paroles ci-dessous :

  
Los Mineros asturianos le recuerdan con amor.
General republicano, la republica incendio
FRANCO FUE UN TRAIDOR
Con Hitler y Mussolini, con la Division azul.
con los norteamericanos, tras el oro de Moscú!
FRANCO FUE UN TRAIDOR!
Tanto arriba españa para que?. caguen el peñon de Gibraltar.

Despisto a los falangistas y engaño al opus dei
cuando iban a heredarle les dio un jake al rey
FRANCO FUE UN TRAIDOR
Y aunque todos dicen serlo el fue el unico franquista,
el dicto esta memo-cracia facha y terrorista
TRAIDOR!


Pour l'édification des jeunes générations, une petite chanson de Brassens au sujet des Tartuffes de l'anti-franquisme. C'est loin d'être sa meilleure mais son refrain est assez juste.



Repêchage pour fainéants et autres rétifs à la poésie : que peut bien signifier l'expression "Menea el bullarengue" illustrée ici par les ivrognes Galiciens de Siniestro Total dans une vidéo raffinée ? 
Le gagnant a une bouteille de cidre et un concert de gaïta livrés à domicile.



mardi 7 juillet 2015

Émission de juillet : au cabaret avec Micha

Micha, notre invité, avait décidé de nous faire vivre une virée dans les cabarets rive gauche des années soixante.
En se basant sur la fête des dix ans de La Colombe, en 1964, voici le programme avec des connus et des pas connus.
Ça gratte, ça saute et c'est normal : c'est du vinyle.

Jacques Serizier                  La poubelle
Jean Arnulf                          Point de vue
Paul Barrault                       Quand elle te renverra
Pia Colombo                        Un soir de mai
Francesca Soleville              Paris-Cayenne
Bobby Lapointe                    Fantaisie
Guy Béart                             Saute au paf
Jean Ferrat                           Le sabre et le goupillon
Maurice Fanon                     Avec Fanon
Éva                                       Comme les blés
Mouloudji                             Le père absinthe
Pierre Perret                        Le plus mauvais d'entre nous
Magali Noël                         L'anguille

On trouvera l'émission sur le site de la radio.

samedi 4 juillet 2015

Juillet : ce sera la fête à Micha

Les deux seuls portraits connus de Micha
Micha, c'est un vieux pote, parigot pur jus, qu'on a connu en pleine Gascogne, à l'origine autour de quelques verres de rouge.
C'est aussi un anar indécrottable qui trimballe avec lui une collection de disques épastrouillante.
C'est encore un gars qu'a traîné les cabarets de la rive gauche bien avant que les yé-yé n'aillent enterrer tout ce beau monde.
Alors, ce mois-ci, on se fait le plaisir d'inviter Micha avec sa sélection de chanteurs de derrière les fagots et des souvenirs de La Colombe
Il débarquera le lundi 6 juillet à 18h à Radio Canal Sud (92.2 ou canalsud.net ).


Et une chanson de sa belle jeunesse



jeudi 2 juillet 2015

Et hop ! Un petit tour à la BNF et dans les cabarets


 Chanson Boum, c'est une émission d'Hélène Azéra, tous les dimanches de 23h à minuit, sur France Culture.

Ce 6 avril 2014, on y causait de la BNF, du million et quelques disques qui y sont conservés et des 200 000 qui sont en cours de numérisation (ceux d'avant 1962 pour cause de droits d'auteur).
L'invité, le conservateur Lionel Michaux avait amené quelques joyaux jamais parues en cd. On entendra donc Marthe Chenal, Patachou, Dora Stroeva, Laura Betti, Dany Dauberson, Maréchal, Mary Marquet.
Au passage, on en apprendra quelques petites chose sur le support et la conservation de nos chansonnettes ainsi que sur leur mise à disposition publique...sous forme payante ! ( vous z'attendiez à quoi d'autre ?) 


Et comme on est pas chiens, un extrait de l'excellent documentaire d'Yves Jeuland consacré aux cabarets d'après-guerre : Il est minuit, Paris s'éveille.