jeudi 4 mai 2017

Prévert se reprenait lui-même

La Gréco avec Joseph Kosma
Originellement, Prévert avait écrit "À la belle étoile" pour le film "Le crime de Monsieur Lange" de Renoir.
La chanson était alors interprétée par Florelle, on vous en avait causé à l'époque .
La guerre, l'occupation, puis la libération étant passées par là, le Jacquot éprouva le besoin de remanier et compléter son texte pour la parution de son recueil, Paroles.
Procédant par opposition, il y a dépeint un métro aérien à La Chapelle, un truand nommé Richard le Blanc sur le boulevard Richard Lenoir et un Espagnol sur celui des Italiens.
Ainsi qu'un aréopage de vieux tapins, vauriens du quartier, clodos affamés, incurables antisémites, et flics ratonneurs.
L'aimable rengaine du film devient un hommage sans espoir à ceux qui en bavent et à un certain Paris du populo.
Juliette Gréco la chanta en 1951.


Profitons de l'occasion pour insister sur le fait que Prévert ne fut pas que le poète un peu niaiseux qu'on nous apprit à l'école mais, à ses heures, un vérible teigneux. Démonstration : ce texte de circonstance très joliment dit par un Serge Reggiani très en verve : "Tentative de description d'un dîner de tête à Paris, France".


8 commentaires:

  1. Jouons un peu avec Jacques Prévert. Qui a dit :

    "Sur le plan philosophique et politique, Jacques Prévert est avant tout un libertaire ; c’est-à-dire, fondamentalement, un imbécile." ?

    Et quel autre a dit :

    "Là, vous faites une liste à la Prévert, vous ne la financez pas." ?

    Un indice, en trouvant la solution vous n'en aimerez que plus Prévert. Vous serez fatigué des tentatives pitoyables de l'un de se rendre intéressant en tentant de prendre le contre pied du contre pied, en essayant de choquer en critiquant ceux qui choquent, bref, en se faisant une pose tellement transgressive ma chère ! de positions réactionnaires. De l'autre vous rirez jaune d'une inculture qui ne surprend évidemment pas venant d'un guignol de cet acabit.

    RépondreSupprimer
  2. Je peux jouer, Wrob ?
    En 1, pour le contre-pied du contre pied, j'hésite fort entre Onfray (mieux d'fermer sa g...) ou Hoellbecque. À moins que ce ne soit de l'inénarrable Régis Debray.
    En 2, Macron ?
    Jules

    RépondreSupprimer
  3. Ca aurait aussi pu être Zemmour en 1. Mais une fois de plus vous avez tout bon.

    Saviez-vous qu'Onfray avait envisagé (ou envisage, mes infos passent toujours par plusieurs bandes) de se présenter à la présidence de la République ? Ce qui est bien avec lui c'est qu'il arrivera toujours à nous faire marrer, et on en a besoin par les temps qui courent.
    Un hug, b.
    W.

    RépondreSupprimer
  4. Tu veux dire que ce sont vraiment Onfray et Macron ?
    Délicieux couple, vraiment...
    J

    RépondreSupprimer
  5. Non, non, Houellebecq et Macron. Autant pour moi, je n'ai pas été très clair.

    RépondreSupprimer